AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Tom Elvis Jedusor alias Lord Voldemort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lord Voldemort

avatar

Nombre de messages : 9
Age : 90
<b>Fiche Personnage (consultable) </b> : Ici
<font color=#FF0000><b>L\'Essentiel:&l : -[Nationalité]: Anglais
-[Age du personnage]: 48 ans
-[Année de l'élève]: Serpentard
-[Rôle, rangs et métier]: Seigneur des Ténèbres, Maître des mangemorts
-[Espèce:] Humain
-[Sang : ]:mêlé
-[Club : ]: aucun
-[Activités:]aucune
-[Relations:] : voir dans la fiche personnage ci-dessus.
-[Situation : ] : célibataire
- [Instruments:] :aucun
- [Armes et Pouvoirs:] :baguette.
- [Animal : ] Nagini, serpent
<b>Transplanage</b> :
100 / 100100 / 100

<b>Niveau de Quidditch</b> :
50 / 10050 / 100

<b>Niveau Sort Informulé</b> :
100 / 100100 / 100

<b>Statut du membre et activité </b>: : Membre simple.
Date d'inscription : 01/01/2009

Information du personnage
REDOUTABILITE : de l'adversaire REDOUTABILITE : de l'adversaire:
100/100  (100/100)
CADEAUX et BONUS REMPORTES : CADEAUX et BONUS REMPORTES ::
<b>Acces aux Lieux Bonus</b> Acces aux Lieux Bonus: aucun lieux bonus gagnés.

MessageSujet: Tom Elvis Jedusor alias Lord Voldemort   Jeu 1 Jan - 1:31

Identité


Nationalité (Anglaise, Ecossaise ou Irlandaise): Anglais
Origine (enfant de moldu ou sang mêlé ?): Sang mêlé
Prénom : Tom Elvis
Nom : Jedusor
Surnom : Lord Voldemort, tu-sais-qui, vous-savez-qui, celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, Le Seigneur des Ténèbres.
Il se fait appeler par son surnom et ceux qui connaissent sont vrai nom peuvent se compter sur les doigt d’une même main.
Age : né le 31 décembre 1926
• ancienne maison : Serpentard

Caractère:
La valeur du sang est très importante pour lui, d’autant plus que son ancêtre Salazard Serpentard y était très attaché.
Il lui arrive d’être très lunatique, ainsi autant il peut être très calme, autant sa colère peut éclater rapidement et violement ; il possède cependant un sang-froid assez important pour se contrôler la plupart du temps, même s’il passe bien souvent ses nerfs sur ses mangemorts.
Il est très impatient et peu se révéler moqueur même auprès de ses plus fidèles mangemorts, il lui arrive en effet souvent d’humilier ses adversaires mais aussi ses partisans. Il n’hésite pas à torturer ses victimes de la façon la plus cruelle qui soit, il se révèle très imaginatif dans se domaine. C’est un grand stratège, même si ses plans n’aboutissent pas toujours. Il aime le pouvoir et est près à tout pour en avoir toujours plus, quitte à s’engager dans le plus profond de la magie noire.

• Tes qualités :
On peut dire qu’il a toujours été doué pour apprendre et pour charmer les gens, à Poudlard il était l’un des meilleur si ce n’est le meilleur élève de l’époque. Il possède un idéal de valeurs, même si celles-ci reposent sur la haine des moldus et leur extermination. De tout temps un groupe s’est toujours formé autour de lui, il a un esprit de meneur et ne refuse pas les faibles dans son groupe, même s’il les dénigre et s’en sert comme serviteurs. Il est charismatique et très intelligent.

• Tes défauts :
Cependant il est beau parleur et manipulateur, il s’avère cruel et sans scrupule, il fait les lois selon ce qui l’arrange et ne considère personne à son niveau, même s’il peut parfois le faire croire. Il ne supporte pas la défaite, ni l’échec. Il attend de ses mangemorts qu’ils réussissent tout ce qu’il leur demande et un fiasco est synonyme de punition.

• Ce que tu aimes :
Il pratique la magie noire, il préfère la solitude à être trop entouré. L’une des seules personnes pour qui il ressent de l’attachement est son serpent Nagini.
• Ce que tu n'aime pas :
Si vous voulez l’énerver il suffit d’évoquer l’un des sujets suivant : Albus Dumbledore, les moldus et les sang de bourbes… Il déteste aussi son nom hérité de son père qu’il a tué. Il méprise tous ceux qui osent s’opposer à lui.

Epouvantard : la mort, qu'il considère comme quelque chose de honteux. "Il se verrait lui-même mort."

Miroir du Riséd : JKR a dit qu'il se verrait "lui-même, tout puissant et immortel."

Citation :
Rapport psychologie de Lord Voldemort
Des experts du ministère de la magie, demandé par Bartemius Croupton.


Le sujet étudié doit être qualifié de psychopathe ou de sociopathe : trouble du comportement caractérisé par le déni de l'individualité d'autrui et un comportement généralement impulsif et antisocial pouvant aller jusqu'au crime.
En effet, cet individu présente tous les signes :
- Egocentrisme et narcissisme.
- Conduite anti-sociale fondée sur des impulsions sans éprouver de culpabilité.
- Possède sa propre vision du bien et du mal.
- Absence d’empathie vis-à-vis de la souffrance d’autrui.
En l’absence de rapports liés à son enfance, il est dur de savoir si c’est une origine psychologie, génétique ou biologique et donc un psychopathe, ou dû à un l’environnement social défavorable ayant entraîné un sociopathe ( trouble de la personnalité venant de parents absents, proches délinquants, pauvreté, intelligence extrême… ).

Il n’existe aucun traitement possible.
L’isolement dans un lieu surveillé et isolé est conseillé.

Physique:
Sa peau est pâle, il est grand et squelettique, il était séduisant plus jeune mais ses expériences poussés dans le domaine de la magie noire l’ont transformé. Il a de longues mains qui ressemblent à de grandes araignées blafardes. Cependant il conserve un certain charisme qui lui permet de convaincre sans problème des partisans à intégrer les mangemorts.
Si vous le rencontrez hors de sa demeure, ce sera certainement vêtu d’un long manteau noir, caché derrière une capuche qui masque ses traits. Sa voix quand à elle, risque de vous glacer le sang, elle peut s’avérer froide, distante et sifflante, même s’il lui arrive d’y mettre un peu plus de chaleur.
• Yeux : rouge
• Cheveux : /

Autres renseignements:

Pouvoir exeptionel (optionnel): Occlumens/ Legilimens/ Fourchelang
Votre baguette: if et plume de phénix (Fumseck), 33,75 cm

Animal de compagnie : Nagini
Comment avez vous connus ce forum ? Par un contact
Vous engagez vous à poster un minimum d'une fois aux cours obligatoires et faire un minimum de 3 lignes par postes? Oui.


La suite dans le message suivant!

PS: beaucoup de phrases cités sont issues des tomes d'Harry Potter
Je remercie d'avance tous ceux qui auront le courage de lire ma "petite biographie" et je m'excuse d'avance du nombre de messages à la suite, mais je n'ai pas le choix...

Bonne année 2009 à tous et Joyeux anniversaire à moi même! ( Et oui Voldemort est né le 31/12/1926)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Voldemort

avatar

Nombre de messages : 9
Age : 90
<b>Fiche Personnage (consultable) </b> : Ici
<font color=#FF0000><b>L\'Essentiel:&l : -[Nationalité]: Anglais
-[Age du personnage]: 48 ans
-[Année de l'élève]: Serpentard
-[Rôle, rangs et métier]: Seigneur des Ténèbres, Maître des mangemorts
-[Espèce:] Humain
-[Sang : ]:mêlé
-[Club : ]: aucun
-[Activités:]aucune
-[Relations:] : voir dans la fiche personnage ci-dessus.
-[Situation : ] : célibataire
- [Instruments:] :aucun
- [Armes et Pouvoirs:] :baguette.
- [Animal : ] Nagini, serpent
<b>Transplanage</b> :
100 / 100100 / 100

<b>Niveau de Quidditch</b> :
50 / 10050 / 100

<b>Niveau Sort Informulé</b> :
100 / 100100 / 100

<b>Statut du membre et activité </b>: : Membre simple.
Date d'inscription : 01/01/2009

Information du personnage
REDOUTABILITE : de l'adversaire REDOUTABILITE : de l'adversaire:
100/100  (100/100)
CADEAUX et BONUS REMPORTES : CADEAUX et BONUS REMPORTES ::
<b>Acces aux Lieux Bonus</b> Acces aux Lieux Bonus: aucun lieux bonus gagnés.

MessageSujet: Re: Tom Elvis Jedusor alias Lord Voldemort   Jeu 1 Jan - 1:38

Biographie


• Ce qui s'est passé de ta naissance à ton entrée en 1ere année ( 10 lignes mini) :

Journal de Tom Elvis Jedusor


31/12/1935 ( 9 ans )
Ma naissance ? Ce ne sont pas mes parents qui me l’ont raconté… Je vis dans un orphelinat moldu mixte à Londres, l’orphelinat Wool… Je dois dire que l’endroit est assez miteux et semble au premier abord sinistre, pourtant il est toujours impeccablement propre, c’est un bâtiment carré entouré de hautes grilles, à croire qu’ils ont peur qu’on s’enfuit… Mais si j’avais pu… j’aurais sûrement fugué… N’avez-vous jamais ressentit que vous étiez quelqu’un de différent des autres ? Quelqu’un d’exceptionnel mais qui pour l’instant gâchait ses dons … Moi si ! Tout le temps… Que ce soit dans mon lit froid le soir avant de m’endormir… Sur les marches de pierres… Ou même dans la petite cour… Partout j’ai cette impression d’un immense gâchis et d’un potentiel énorme, là caché au fond de moi… J’ai le droit à une petite chambre au deuxième étage, je n’ai rien pour la décorer, seulement une petite armoire, une chaise en bois et mon lit en fer… Les seuls vêtements que je possède sont ceux de l’orphelinat, une horrible tenue grisâtre, la même pour tous… Tous les jours de toute mon enfance… Quand je serais grand, je ne porterais jamais de gris ! Jamais… Heureusement, on peut emprunter des livres, il y en a beaucoup… Je suis quelqu’un de plutôt solitaire, je préfère m’enfermer dans la lecture, rester seul et réfléchir, je n’aime pas parler aux autres, ils sont si bêtes !
Un jour, Mrs Cole m’a raconté comment j’étais arrivé ici, elle venait de débuter à l’orphelinat et… « La veille du nouvel an, un jour terriblement froid, il neigeait dehors recouvrant Londres d’un manteau blanc, cachant la ville sous la couleur de la pureté… Une jeune femme entra en vacillant, à peine une heure plus tard, elle accouchait… Elle avait eu de la chance, une heure plus tard et elle mourrait seule dans le froid de décembre… ses derniers mots furent « j’espère qu’il ressemblera à son papa », puis elle le nomma « Tom, comme son père, et Elvis comme mon père à moi… », Elle n’eut la force que de rajouter que son nom de famille était Jedusor avant de décéder… »
Pourtant personne, personne n’est venu me réclamer ! Personne n’est venu demander un Tom, un Elvis ou un Jedusor… Et je suis toujours resté à l’orphelinat…
Mrs Cole, elle n’est pas si méchante, mais… elle force parfois un peu trop sur la boisson…

31/12/1936 ( 10 ans)
Il m’arrive des choses étranges… Je SUIS différent des autres, je le sais, je le sens !
J’étais un bébé calme parait il… Je ne pleurais presque jamais… Pourquoi trouve-t-on cela étrange ? A quoi cela sert il de pleurer ?
Je fais peur aux autres enfants… j’aime leurs faire peur, les terroriser… voir leur air apeuré devant moi, leurs yeux s’écarquiller de surprise, leur bouche s’ouvrir pour tenter de hurler sans fin… J’adore faire mal… J’adore faire du mal, faire le mal !
Un jour, je m’étais disputé avec Billy Stubbs… Un de ces imbéciles qui osaient s’opposer à moi… Et par je ne sais quel miracle, le lendemain… son lapin était pendue à une poutre du toit… Oh, ce que j’ai ris en voyant ça ! Et sa tête, quand il l’a découvert… vous auriez du voir ses larmes… A mourir de rire !
Et aussi, un été lors de nos excursions annuelle, cette année là nous avions été voir la mer, je ne l’avais encore jamais vu, c’était si magnifique, toute cette étendue d’eau, pas étonnant que tant de poète aient été charmé.. J’avais réussis à convaincre Amy Benson et Dennis Bishop à me suivre, je les avais convaincue d’une manière que j’ignore, mais une chose est sure c’est que dans cette grotte, ils ont tout les deux eux la peur de leur vie ! Jamais ils n’oublieront… jamais ils ne m’oublieront, ni n’oublieront ce jour… c’est certains !

XX/XX/1937 ( 10 ans )
Vous savez un jour un homme étrange est venu me voir, il était habillé de velours violet et portait la barbe, il s’est présenté comme étant un professeur d’une école nommé Poudlard.
Je m’en souviens comme si c’était hier, Billy avait attrapé la varicelle, comme beaucoup d’autres… il était soigné par Martha…
Je lisais tranquillement assis sur mon lit, je crois que c’était Bilbo le Hobbit ou Histoire d’un aller et retour de Tolkien, et cet homme est entré avec Mrs Cole, lorsque j’ai vu sa tenue j’ai tout de suite cru que c’était un docteur, qu’il était venu m’examiner, faire des tests sur moi… Mais je me suis abstenu de tout commentaire et lorsqu’il m’a tendu la main, après un instant d’hésitation je l’ai serré, il a prit ma chaise et s’est assis dessus, j’avais la désagréable impression d’être un cobaye, ou un malade à qui l’on vient rendre visite lorsque celui-ci est malade…
Il se présentait comme « Le professeur Dumbledore ». Ce type était louche… J’ai tout de suite pensé que c’était un de ces médecins un peu étrange…
J’ai exigé de lui qu’il me dise la vérité, d’habitude cela marche toujours avec les gens, j’ai un pouvoir sur eux, ils ne peuvent pas me mentir, il me suffit de faire preuve d’un peu d’autorité, mais lui… ça n’avait pas marché ! Je n’ai pas compris, et j’avoue que j’étais bien embêté…
La seule réponse qu’il m’apportait était qu’il était professeur et qu’il me proposait une place, à moi… Tom Jedusor… J’étais furieux ! Comment osait il me mentir, à moi ?! Je me suis levé pour m’éloigner le plus possible de lui, je voulais qu’il parte qu’il me laisse tranquille, qu’il arrête de me prendre pour un imbécile, je lui ai hurlé sans réfléchir : « N’essayez pas de me raconter des histoire ! L’asile c’est de là que vous venez, n’est ce pas ? Professeur, oui, bien sûr- eh bien, je n’irai pas, compris ? C’est cette vieille pie qui devrait y être, à l’asile. Je n’ai jamais rien fait à la petite Amy Benson ou à Dennis Bishop, vous pouvez leur demander, ils vous le confirmeront ! »
Insister semblait sa seule parade, mais je n’étais pas fou, oh non loin de là ! Et il était hors de question que je croie à ses mensonges, ses vulgaires sornettes… « Je ne suis pas fou ! «
Je n’y ai pas cru jusqu'à ce qu’il me dise : « Je sais bien que tu n’es pas fou. Poudlard n’est pas une école pour les fous. C’est une école de magie. »
J’ai d’abord hésité… que me racontait il ? Et puis tout d’un coup tout s’est éclairé, c’était donc ça ? De la magie ? Tout ce que je faisais… Je me sentais terriblement fébrile, comme un scientifique qui vient de trouver une nouvelle espèce, un nouvel antidote, comme quelqu’un qui venait de marcher sur la lune…
« C’est… c’est de la magie ce que j’arrive à faire ? » Ma question semblait idiote, pourtant j’avais besoin d’une confirmation, que quelqu’un me dise que c’était bien ça…
« Qu’est ce que tu arrives à faire ?
-Toute sortes de choses »
Moi qui étais si méfiant, je lui ai tout raconté, sans réfléchir dans l’excitation de cette révélation…
« J’arrive à déplacer des objets sans les toucher. Les animaux font ce que je veux sans que j’aie besoin de les dresser. Je peux attirer des ennuis aux gens qui me déplaisent. Leur faire du mal, si j’en ai envie »
Mes jambes tremblaient sous le poids de mes onze ans et de cette découverte, je me suis rassis sur mon lit en contemplant mes mains… Celles grâce à qui j’avais fait tant de choses…
« Je savais que j’étais différent des autres. Je savais que j’étais exceptionnel. J’ai toujours su que j’avais quelque chose de spécial en moi »
Je me sentais totalement transfiguré, un bonheur effréné parcourait tout mon corps.
« Tu es un sorcier »
Voila comment je suis entré dans le monde de la magie, par ces quatre petits mots, j’ai relevé la tête vers lui, ses déclarations étaient incroyable mais tellement… magique !
« Vous êtes aussi un sorcier ?
- Oui
- Prouvez le »
C’était encore une fois un ordre, je ne tolérais pas qu’on me laisse dans le doute, je voulais savoir, je voulais voir de mes propres yeux !
L’autorité… ou plutôt la soumission vis-à-vis de l’autorité n’a jamais été mon fort, je préfère dominer une conversation et pas devoir faire des courbettes et la suivre, pourtant si je voulais intégrer Poudlard et qu’il me montre… Il exigeait que je l’appelle « professeur » ou « monsieur » comme tout adulte à qui l’on montre du respect… Mais j’avais appris à caresser les gens dans le sens du poil, à répondre à leurs attentes comme un brave petit garçon, après tout cela permettait d’accéder à bien des choses, il suffisait simplement de sourire et de dire d’un ton poli :
« Je suis désolé, monsieur… S’il vous plait, professeur, pourriez vous me montrer… »
Vous pensez que j’en ai fait un peu trop ? Peut être mais ça à marché puisque le professeur Dumbledore, comme je l’appelais à partir de ce moment, sortit sa baguette, la pointa sur mon armoire et… y mit le feu !
J’ai cru devenir fou, cet homme venait de brûler l’intégralité de ma vie, tout ce que je possédais se trouvait dans mon armoire, et il venait de tout détruire, de m’arracher le cœur, de me réduire à néant… Me relevant d’un bond, je me ruais sur lui, et à ce moment là, mon bien le plus précieux, celui qui contenait tout mes biens sembla aspirer les flammes qui disparurent pour la laisser intacte.
Il avait fait ce tour de magie, avec une simple baguette, ce bout de bois représentait le pouvoir, il m’en fallait un… Il me fallait une baguette !
« Où est ce que je peux en avoir une comme ça ? »
La question était directe et crue, mais il me fallait une réponse… qui ne vint pas...
Quelque chose tentait de sortir de mon armoire, un grattement faible y résonnait, cela m’effraya au plus haut point, qu’avait il fait ? Il m’ordonna d’aller voir.
Après un instant d’hésitation, j’ai traversé la pièce pour ouvrir la porte, sur la dernière étagère au dessus d’une tringle, ma boite en carton tremblait et bruissait comme si elle était remplie de souris.
« Sors là de l’armoire »
Je ne pouvais qu’obéir à ses ordres…
« Y a-t-il dans cette boîte des objets qui ne devraient pas être en ta possession ? »
Comment pouvait il savoir ? Oui, c’était un sorcier mais… Il était malin, très malin, quelqu’un à ne jamais sous estimer… Il ne fallait pas mentir, sans pour autant avouer…
« Oui, c’est possible, monsieur »
« Ouvre-la », l’ordre avait claqué comme un coup de fouet dans la pièce, j’étais obligé de céder mais à contre cœur, jetant les objets sur le lit sans même un regard sur eux.
« Tu les rendras à leurs propriétaires avec tes excuses. Je saurai si tu l’as fait ou pas. Et tu dois être prévenu : le vol n’est pas toléré à Poudlard. »
N’importe qui aurait été gêné et aurait détourné le regard, mais pas moi… La honte est pour les faibles d’esprit, je ne suis pas de cette catégorie là… Mon seul but à ce moment là était d’évaluer scientifiquement, sans laisser passer mes émotions, la limite des pouvoirs de cet homme et des miens, quels seraient mes pouvoirs une fois que j’entrerais à Poudlard ? Jusqu’ou pourrais je évoluer ? Tout semblait si idéaliste, à par cette position de dominé que je devais adopter pour le moment et acquiescer.
« Bien, monsieur »
S’en suivit un petit discours explicatif sur le fait qu’une telle attitude était intolérable à Poudlard, du risque d’exclusion, ou pire d’une sanction de ce qu’il appelait « le ministère de la magie », tout en nuançant pas le fait qu’il n’était pas le premier sorcier à se laisser emporter par ses dons de sorciers.
Mon expression restait la plus neutre possible, hors de question qu’il puisse deviner la moindre de mes pensées, de ces pensées qui bouillonnaient en moi pour me dire des tas de choses : « tu es un sorcier, le ministère de la magie, Poudlard une école de magie… », Je remis rapidement tout les objets dans leur boite, avant de dire abrupt :
« Je n’ai pas du tout d’argent »
Dumbledore sortit une bourse en cuir, tout en répondant qu’il serait facile de remédier à la situation, qu’un fond spécial existait pour les étudiants dans mon cas pour s’acheter des livres et des robes de sorciers. Qu’il faudrait certainement les acheter d’occasion mais que… Le reste ne m’intéressait absolument pas !
« Où achète-t-on des grimoires ? » je pris la bourse sans même dire merci, après tout c’était l’école et non cet homme qui me l’offrait, je l’ouvris pour tomber sur un grosse pièce en or, un dragon était gravée dessus, très différent de tout ce que j’avais pu voir jusqu’ici, comme si le monde magique était totalement étranger aux autres humains.
« Sur le chemin de Traverse. J’ai sur moi la liste de tes livres et de tes fournitures scolaires. Je peux t’aider à trouver tout ce qu’il te faut… » Insinuait il qu’il voulait venir avec moi ? Me prenait il pour un bébé ? Ou un être incapable de gérer une somme d’argent car je n’en avais jamais eu ? Cet homme ne me connaissait pas, il était hors de question que je me traîne un baby-sitter pour mes achats !
« Je n’ai pas besoin de vous. J’ai l’habitude de faire les choses moi-même. Je me promène tout le temps dans Londres. », L’explication du professeur fut courte mais claire, il suffisait d’aller à Charing Croos Road, d’entrer dans le Pub du Chaudron Baveur, d’aller à l’arrière, de tapoter quelques briques pour révéler l’entrée de l’allée… Dumbledore me remis la lettre.
Des moldus ? Un nouveau mot qu’il me faudrait assimiler… Des gens sans pouvoirs, des personnes différentes de moi…
« Tu demanderas à Tom le barman, c’est facile à retenir, il a le même prénom que toi »Je ne pu retenir un geste d’impatience devant la réflexion qu’il venait de faire, je lui expliquais en marmonnant que je n’aimais pas ce prénom car il était beaucoup trop commun. Mais une question me brûlait les lèvres, tournant dans ma tête depuis plusieurs minutes.
« Est-ce que mon père était sorcier ? On m’a dit que lui aussi s’appelait Tom Jedusor » Il l’ignorait.
Il était évident que j’avais des ancêtres sorciers, d’aussi fort et puissant que Dumbledore ou peut être même plus ! Pourtant il ne semblait pas les connaître, je lui fis par d’une réflexion intérieure plus par inattention que par volonté de lui révéler une partie de mon histoire.
« Ma mère n’avait sûrement pas de pouvoirs magiques, sinon elle ne serait pas morte. C’était sans doute lui, le sorcier. » La question de rejoindre Poudlard se fit plus pressante, cependant il ne fit que me renvoyer aux papiers qu’il venait de me donner. Il s’apprêtait à partir, je lui serrais la main, et tout espoir de le questionner serait impossible pendant longtemps, pourtant il me fallait lui poser une dernière question :
« Je sais parler aux serpents. Je m’en suis aperçu quand nous sommes allés en excursion à la campagne. Ils viennent me voir et ils me murmurent des choses. C’est normal pour un sorcier ? » Peut être avais je l’intention cachée de l’impressionner, ou tout du moins d’avoir des réponses, mais il ne sembla pas aussi surpris que je l’aurais imaginé, et puis j’ignorais encore tellement de choses…
Il me fixa un moment répondant que c’était simplement inhabituel, mais que ce n’était pas la première fois que cela arrivait… Nos mains se séparèrent.
« Au revoir, Tom. Je te reverrai à Poudlard »

Tant de révélations en une après-midi … qui a changé ma vie entière…

Le jour de mes dix-huit ans… je franchirais le hall de dalles noires et blanches, et je partirais pour ne plus jamais, jamais remettre les pieds ici…
Je ne m’amuserais plus à marcher uniquement sur les dalles noires sautant au dessus de blanche, mais je serais… libre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Voldemort

avatar

Nombre de messages : 9
Age : 90
<b>Fiche Personnage (consultable) </b> : Ici
<font color=#FF0000><b>L\'Essentiel:&l : -[Nationalité]: Anglais
-[Age du personnage]: 48 ans
-[Année de l'élève]: Serpentard
-[Rôle, rangs et métier]: Seigneur des Ténèbres, Maître des mangemorts
-[Espèce:] Humain
-[Sang : ]:mêlé
-[Club : ]: aucun
-[Activités:]aucune
-[Relations:] : voir dans la fiche personnage ci-dessus.
-[Situation : ] : célibataire
- [Instruments:] :aucun
- [Armes et Pouvoirs:] :baguette.
- [Animal : ] Nagini, serpent
<b>Transplanage</b> :
100 / 100100 / 100

<b>Niveau de Quidditch</b> :
50 / 10050 / 100

<b>Niveau Sort Informulé</b> :
100 / 100100 / 100

<b>Statut du membre et activité </b>: : Membre simple.
Date d'inscription : 01/01/2009

Information du personnage
REDOUTABILITE : de l'adversaire REDOUTABILITE : de l'adversaire:
100/100  (100/100)
CADEAUX et BONUS REMPORTES : CADEAUX et BONUS REMPORTES ::
<b>Acces aux Lieux Bonus</b> Acces aux Lieux Bonus: aucun lieux bonus gagnés.

MessageSujet: Re: Tom Elvis Jedusor alias Lord Voldemort   Jeu 1 Jan - 1:40

Ce qui s'est passé de ta première année à l'année que tu suis actuellement (10 ligne mini):

01/10/1938 ( 11 ans )
Le chemin de Traverse a été une véritable découverte pour moi, j’ai appris tant en regardant les sorciers, en feuilletant des livres…J’ai appris tant et pourtant si peu, mes moyens ne me permettaient pas d’acheter tout les livres dont j’aurais voulu, mais j’ai dévoré tout les livres que j’avais dû acheter pour les cours, j’avais si hâte de commencer l’année, d’apprendre de nouvelles connaissances qui me serviraient vraiment ! J’ai appris un autre mot : quidditch apparemment c’était une sorte de sport typiquement sorcier…
Et puis je suis allé chez Ollivander, le marchant de baguette magique depuis 382 avant Jésus Christ, les sorciers existaient donc depuis si longtemps ? Les moldus étaient bien bêtes pour ne pas l’avoir remarqué ! J’avais maintenant une baguette en if contenant une plume de phénix de 33,75 cm.
Le quais 9 ¾ me fit un peu peur, personne ne m’avais expliqué et ce n’est qu’après avoir observer les personnes à l’attitude étrange, je compris le système et passais de l’autre côté, du côté de la magie…
Tout semblait tellement fou de ce côté de la voie, la cheminée du long train rouge laissait déjà s’échapper des volutes de fumées, et l’animation sur le quais trop intense pour que je m’y plaise.
Je m’étais installé dans le train à l’écart et avais peu paré, préférant rester plongé dans un livre, mes condisciples parlaient des différentes maisons, et je y prêtais une oreille attentive tout en faisant semblant de ne pas m’y intéresser.
A l’arrivée une personne nous fit signe de la suivre dans une chemin étroit et escarpé, il était assez loin et je ne pus distinguer qui c’était, puis au détour d’un tournant, un immense lac noir apparut et perché au sommet d’une montagne, un château hérissé de tours pointues sous un ciel étoilé…


Des barques nous attendaient, je montais dans l’une d’elles avec quatre autres élèves, elles se mirent à avancer par magie pour nous conduire dans un long tunnel qui menait sous Poudlard, je débarquais dans une crique, puis montais dans un passage creusé dans la montagne pour arriver sur une vaste pelouse, avant de grimper les marches pour arriver devant l’entrée en chêne massif.
Le professeur Dumbledore nous attendait, il nous souhaita la bienvenue puis décrit brièvement la vie à Poudlard et surtout la constitution des différentes maisons.
Lorsque j’entrais dans la Grande Salle, je ne pu détacher mon regard du plafond tout en marchant, des chandelles étaient suspendue dans l’air, elles étaient des milliers, et tout les élèves étaient assis, ils étaient divisés en quatre tables, tous les regards étaient dirigés vers les premières années.
Mon nom fut prononcé par Dumbledore, après la traditionnelle chanson, pourtant c’est calme et serein que je m’avançait vers ma destinée, lorsque le choipeaux se posa sur ma tête, il n’hésita pas un instant avant de crier : « Serpentard !»

01/07/1939 ( 12 ans )
Une année qui se passa sans réels problèmes, j’étais un élève studieux et appliqué, très vite remarqué par le directeur Slughorn. Seulement secrètement, j’étudiais les forces du mal, et commençais à se renseigner sur la chambre des secrets…
Je crois que ma plus belle découverte cette année là fut… la bibliothèque… des milliers d’étagères recouvertes de millions de livres à découvrir, donc des milliards de connaissances possibles… La réserve était malheureusement uniquement pour les élèves de niveaux supérieur mais… on peut toujours tricher non ?
L’un des premiers livres que j’ai consulté était l’Histoire de Poudlard et c’est ainsi que j’ai fais connaissance avec le passé du château…
Pourtant l’été suivant je dû subir la pire des tortures après dix mois de bonheur… rentrer à l’orphelinat, rentrer près de ceux que j’appelais maintenant les moldus, près de ceux sans pouvoirs, ceux qui ne pouvaient et ne pourraient jamais m’égaler même dans leurs rêves les plus fous… J’étais un sorcier et ils n’étaient que de simple humain, pourtant j’étais obligé de les fréquenter…

01/07/1942 (15 ans)
Les quatre années suivantes se déroulèrent sans aucun problème, mon niveau progressait toujours et j’étais l’un des meilleurs élèves, pour ne pas dire le meilleur de Poudlard. Je crois qu’à part Dumbledore aucun professeur n’a jamais eu à se plaindre moi, j’étais doué, sage, poli et attentif en cours, au contraire j’attirais leur sympathie en les charmant quelque peu…
Pendant ce laps de temps, un groupe s’est formé auprès de mon autorité, quelques êtres faibles à la recherche de protection, certains en quête de pouvoir, d’autres simplement par envie de cruauté… Aucun n’a jamais été surpris à la moindre effraction, j’y veillais personnellement, mais dans l’ombre nous agissions et frappions le plus souvent fort…Je crois que nous exercions une sorte de fascination ténébreuse vis-à-vis des autres élèves…
Mon nouveau statut de préfet nous aida grandement dans notre tâche après tout quoi de mieux qu’infiltrer les postes à pouvoir pour réussir à contrôler un territoire ?
Une seule chose me mettais hors de moi, en exceptant ma rancune d’avoir autant exprimé mes émotions le jour de ma première rencontre avec Albus Dumbledore, le fait d’ignorer mes origines, j’ai cherché des jours et des mois entier la trace du nom de mon père dans les archives de l’école, que ce soit sur les blasons de la salle de Trophées, parmi la liste des préfets, ou même dans les livres d’histoire de la sorcellerie… Mais rien…
La seule chose que je savais c’était que j’étais encore plus exceptionnel que je l’imaginais, je savais parler fourchelang, tout comme Salazar Serpentard, j’étais destiné à une grande carrière liée à la magie noire… aucun doute là-dessus…
J’avais décidé de chercher du côté de ma mère, et c’est lors de ces recherches que j’appris l’existence d’une branche descendant du fondateur de ma maison.
Et en déduit donc que c’était ma mère la sorcière et non pas mon père, je devais donc porter l’ignoble nom de ce moldu, qui l’avait abandonné… qui m’avait abandonné ! Je haïssais désormais avec toute la rage possible cet horrible nom qu’il m’était pourtant obligatoire de porter. Mais je n’acceptais pas le « jeu du sort » qui m’avait donné ce nom immonde de « Jedusor » !
C’est à ce moment là que j’ai décidé de changer de nom… pour m’en forger un nouveau qu’un jour tous les sorciers craindront… Lord Voldemort… Bien entendus seul mes plus proches amis, si je puis les nommer ainsi, m’appellent par ce surnom…
« Tom Elvis Jedusor » donnant en anagramme « Je suis Voldemort »
[« Tom Marvolo Riddle » = « I am Lord Voldemort »]

01/07/1943 ( 16 ans )
Cette année a été exceptionnelle… J’ai réussit une chose extraordinaire, en juin ! J’ai découvert la cachette de la Chambre des Secrets… Personne ne l’avait trouvé depuis près de 1000 ans… Mais après tout qui aurait cherché dans un endroit pareil ? Pas moi en tout cas, pourtant à cause de mon statut de préfet, j’ai dû aller chercher une élève et quelle ne fut pas ma surprise en découvrant un serpent gravé sur un des robinets des toilettes des filles du second étage… La nuit même, j’y suis retourné dans l’intention de découvrir pourquoi cette gravure si singulière était présente, mais après une heure de méditation intensive je n’avais toujours rien trouvé, lorsque dans un éclat de colère j’ordonnais, inconsciemment en fourchelang : « Ouvre toi, espèce de…». Soudain, un passage se dévoila menant jusque dans les entrailles du château, je dois avouer que je n’en menais pas large, j’étais tellement excité de découvrir quelque chose qui avait été caché si longtemps… J’étais un archéologue qui explore un tombeau inviolé depuis des siècles, la présence de dizaines d’os de petits animaux n’étaient pas là pour me rassurer… Je dois avouer que… j’ai toujours eu peur du noir… Jamais je ne révèlerais cette information à personne c’est évident…
Lorsque je suis arrivé devant d’entrée de la chambre, j’ai été émerveillé, mais pas autant que lorsqu’elle s’est ouverte révélant l’immense salle dont le serpent était le symbole dominant. Au fond de cette salle, une immense statue de la figure de Salazar Serpentard me contemplait et je me sentais enfin son digne héritier, j’avais trouvé son secret, j’allais pouvoir accomplir sa « noble tâche » et éliminer les enfants de moldus de cette école.
J’ai exploré ces lieux de fond en comble sans avoir une seule fois envie de dormir, l’adrénaline était trop forte, cette nuit marquait le début d’un changement… J’ai trouvé et libéré le « monstre » qui y séjournait, c’était un basilic, je l’ai appris un peu plus tard dans un des livres de la bibliothèque : « De tous les monstres et créatures qui hantent nos contrées, il n'est guère de plus étrange ni de plus mortel que le Basilic, connu également sous le nom de Roi des Serpents. Ce reptile, qui peut atteindre une taille gigantesque et vivre plusieurs centaines d'années, naît d'un oeuf de poulet couvé par un crapaud. Pour tuer ses victimes, la créature recourt à une des manières les plus singulières : outre ses crochets venimeux, le Basilic possède en effet des yeux meurtriers qui condamnent à une mort immédiate quiconque croise son regard. Il répand également la terreur parmi les araignées dont il est sans nul doute le plus mortel ennemi. Le monstre, quant à lui, redoute plus que tout le chant du coq qui lui est fatal si d'aventure il lui parvient aux oreilles.»
Etonnant qu’un animal aussi dangereux soit vulnérable à un animal aussi ridicule qu’un coq, heureusement pour moi, il n’y en avait aucun à Poudlard ou à ses environs…
Plusieurs élèves ont été blessés, ils ont échappé à la mort par une simple question de chance mais…
Une élève est morte… J’ignore son nom… Myrtle quelque chose ? C’était une de ces cruches de Serdaigle, aucune importance… Elle n’était pas de sang pur, et au moins elle n’embêtera plus les gens… Mimi Geignarde c’était son surnom…
Malheureusement la communauté des sorciers n’était pas toute prête à un tel changement, les imbéciles, et le directeur, Armand Dippet décida que l’école était devenue trop dangereuse et qu’il faudrait peut être la fermer… Fermer Poudlard, ma maison ? L’endroit où je me suis senti le plus vivant ? L’endroit qui fut mon vrai chez moi ? Il en était hors de question…
Dire que cette année là, j’avais voulu demander au directeur de rester pendant l’été, sa décision avait été net, il refusait, l’école était devenue trop dangereuse…
Alors j’ai dû trouver une solution, et elle était plutôt… géante, enfin… simplement demi géante, mais si évidente que c’était risible… Elle se cachait dans un élève de Gryffondor, de troisième année, Rubeus Hagrid, un ami des animaux dangereux qui s’amusait à élever une acromentula en secret. Renvoyé… le 13 juin 1943. J’ai reçut une médaille du mérite magique, et j’ai eu le droit à un blason en argent dans la salle de Trophées pour "Services spéciaux rendus à Poudlard"… Quelle ironie du sort ! Mais je les comprends Mimi était vraiment une insupportable pleureuse, dommage qu’elle se soit réincarnée en fantôme… Pourtant la chance était de mon côté puisqu’elle ne m’a pas vu, et qu’elle n’a même pas compris qu’elle était morte à cause d’un Basilic…
Pourtant impossible de rouvrir la chambre des secrets, Dumbledore était sur ses gardes et me surveillais de trop près, de plus ce vieux fou avait réussit par je ne sais quel miracle à convaincre, le directeur de garder Hagrid comme garde chasse et gardien des clés de Poudlard…
Cependant il lui ont brisé sa baguette, les aurors du ministère sont venus et l’ont cassé en deux, il n’aura plus jamais le droit de faire de la magie…
Et pour finir l’année en apothéose, j’ai passé mes BUSES… étrangement je les ai toutes eu…

J’ai décidé de laisser une trace de moi, dans mon journal… ainsi ma mémoire pourra achever ma mission en éliminant les élèves indignes d’étudier la magie !
Ce journal intime, un petit carnet noir, je l’avais acheté chez un papetier moldu de Vauxhall Road à Londres, un des rares cadeaux que j’avais pu m’offrir durant mon long séjour à l’orphelinat…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Voldemort

avatar

Nombre de messages : 9
Age : 90
<b>Fiche Personnage (consultable) </b> : Ici
<font color=#FF0000><b>L\'Essentiel:&l : -[Nationalité]: Anglais
-[Age du personnage]: 48 ans
-[Année de l'élève]: Serpentard
-[Rôle, rangs et métier]: Seigneur des Ténèbres, Maître des mangemorts
-[Espèce:] Humain
-[Sang : ]:mêlé
-[Club : ]: aucun
-[Activités:]aucune
-[Relations:] : voir dans la fiche personnage ci-dessus.
-[Situation : ] : célibataire
- [Instruments:] :aucun
- [Armes et Pouvoirs:] :baguette.
- [Animal : ] Nagini, serpent
<b>Transplanage</b> :
100 / 100100 / 100

<b>Niveau de Quidditch</b> :
50 / 10050 / 100

<b>Niveau Sort Informulé</b> :
100 / 100100 / 100

<b>Statut du membre et activité </b>: : Membre simple.
Date d'inscription : 01/01/2009

Information du personnage
REDOUTABILITE : de l'adversaire REDOUTABILITE : de l'adversaire:
100/100  (100/100)
CADEAUX et BONUS REMPORTES : CADEAUX et BONUS REMPORTES ::
<b>Acces aux Lieux Bonus</b> Acces aux Lieux Bonus: aucun lieux bonus gagnés.

MessageSujet: Re: Tom Elvis Jedusor alias Lord Voldemort   Jeu 1 Jan - 1:43

01/09/1943 ( 16 ans )
Cet été… j’ai quitté l’orphelinat pour retrouver la trace de mes ancêtres, j’ai été à Little Hangleton, la ville où sont nés mes parents… J’ai suivis une route courbe qui montait jusqu'à une colline, la vue était magnifique, on voyait toute la vallée que l’on surplombait, et de l’autre côté un manoir qui semblait bien entretenu, le chemin était très peu emprunté au vu des pierres et des nids-de-poule qui le parsemait, j’ai dû traverser une forêt avant d’arrivée à la maison que je désirais trouver…Celle des Gaunt.
Je dois dire que la vue de l’extérieur m’a déçut, tout semblait délabré et couvert de toiles d’araignées comme si plus personne n’y vivait, pourtant l’intérieur était encore pire…
Lorsque j’ai frappé à la porte, et que je l’ai ouverte dans un long grincement, montrant qu’elle n’avait pas été huilée depuis bien des années, ma première vision à été celle d’un homme à l’allure négligé, sa barbe et ses cheveux étaient crasseux et emmêlés, je ne le distinguait que grâce à la lueur d’une chandelle et d’une lampe ancienne que j’utilisais pour m’éclairer, cependant j’ai tout de suite vu qu’il tenait une baguette et un couteau à la main…
Sa première réaction a été l’effarement, puis il s’est avancé menaçant, me prenant apparemment pour quelqu’un qu’il connaissait hurlant simplement « Toi ! »
Il ne semblait pas dans son état normal, tout du moins sa démarche était chancelante, telle celle d’un ivrogne, cela allait me faciliter la tâche. Néanmoins je n’ai eu qu’à dire « arrêtez » en fourchelang d’une voix calme et posée pour qu’il glissa se rattrapant de justesse à une table, comme sonné par un coup invisible, la surprise était lisible sur son visage, alors que le mien était de marbre, ne révélant aucune de mes pensées et de mon dégoût intérieur. Sa première question fut « Tu le parles ? », encore un idiot… « Oui, je le parle », si je voulais obtenir des informations de lui, je devrais m’y prendre correctement, il n’était pas le genre de personne avec qui on pouvait avoir une vraie conversation, j’entrais dans la pièce sans crainte, laissant la porte se refermer derrière moi pour plus de tranquillité, l’homme ne semblait pas en état de combattre, à terre avant même que j’ai sortit ma baguette, c’était tout simplement pitoyable…
« Où est Elvis ? », sa réponse fut claire, et j’eus la déception d’apprendre qu’il était mort depuis des année, une réponse entraînant une autre question :
« Qui êtes vous, dans ce cas ? » Il fallait rester calme et se contenter d’apprendre le plus de choses possible, rester calme était indispensable dans ces conditions.
« Je suis Morfin », un éclair se fit dans mon esprit, c’était donc… « Son fils ? »
« Bien sur, c’est moi… » C’était… mon oncle, cet homme sale, pouilleux et faible était mon oncle… Il écarta ses cheveux sans doute pour mieux voir, et je remarquais immédiatement la bague qu’il portait à la main droite, elle portait le sceau de Serpentard.
« Je croyais que tu étais ce moldu, tu lui ressembles drôlement » Moi un moldu ? Pour qui, me prend il ? Comment ose-t-il me comparer à cette sous race ?
« Quel moldu ? » Mon ton avait sans douté été un peu plus brusque que ce que je n’aurais voulu…
« Ce moldu pour qui ma sœur avait le béguin, le moldu qui habite dans la grande maison, de l’autre côté de la route » Il s’arrêta un instant pour cracher au sol, pendant que mon visage perdait ses couleurs, parlait il de mon père ? Un moldu ? Cela confirmait mes soupçons… Ma bile remontait dans ma bouche sous l’horreur de ses propos. « Tu as la même tête que lui. Jedusor, il s’appel le. Mais il est plus vieux que ça, non ? Plus vieux que toi, maintenant que j’y pense ». Calme reste calme… Surtout ne t’énerve pas… Il ne faut pas que je m’énerve, sinon je risque de…
Apparemment mon self-contrôle n’était pas un héritage, car Morfin n’en possédait pas une goutte, il semblait étourdis par la colère et vacillait sous la rage qui l’emportait lorsqu’il répondit en se toujours à la table : « Il est revenu ».
Phrase étrange est trop courte pour être compris, je m’approchais tout en reprenant : « Jedusor est revenu ? » Le faire parler me permettait de réfléchir et de prendre des décisions, une chose était sûre, ma rage intérieure devait être calmée par quelque massacre en règle…
« Bah, il l’a laissé tomber, ça lui apprendra à avoir épousé cette saleté ! En plus, elle nous a volé avant de décamper ! Où est le médaillon, hein ? Il est où le médaillon de Serpentard ? »
Comment pouvais je répondre j’ignorais son existence jusqu’à ce jour, mais cela devait être un bien de famille, vu la colère qui déformait ses traits. Il hurla une nouvelle fois en brandissant son couteau, comme s’il voulait m’effrayer :
« Elle nous a déshonoré, la petite traînée ! Et toi, d’abord, qui tu es pour entrer ici et poser des questions sur tout ça ? C’est fini, pas vrai ? C’est fini… »
Etait ce possible qu’il n’est pas compris le sombre crétin ? Sûrement, mais ses paroles firent mouche, mes articulations s’étaient déjà serrées à devenir blanche sur ma baguette lorsqu’il avait prononcé le mot de traînée… Qui j’étais ? J’étais son fils, ton neveu… Le fils de cette crétine et du moldu qui l’avait lâchement abandonné… Je n’étais rien, un bâtard, n’est ce pas ?
Pourtant l’héritier de Salazar Serpentard…
Un dernier pas en avant et je sortis ma baguette, un simple sort informulé « stupéfix », une boule de lumière rouge traversa la pièce et avant que Morfin n’ai eu le temps de faire le moindre mouvement, il était déjà inconscient à terre… Je n’ai eu qu’à me baisser pour prendre sa baguette et voler la bague qu’il portait au doigt, à sortir et traverser la vallée…
Ce qui a suivit je ne le raconterais pas en détail, sachez simplement que ma vengeance a été sans pitié pour la famille qui m’avait rejeté et oublié, un simple avada kedavra à ce père qui avait abandonné ma mère lorsqu’il avait appris qu’elle était une sorcière et à ses parents… Je les ai tué dans leur salon, ils sont tombés sans un cri les yeux écarquillés de terreur… Un avada kedavra…
L’un des trois sortilèges impardonnables… avec l’endoloris et l’imperium…
Le ministère fait parfois de bonnes choses, comme contrôler les sortilèges utilisés mais pas leurs auteurs pour : « s’en remettre aux parents pour imposer l’obéissance à leurs enfants… »
Une véritable chance pour moi… Et une fin tragique pour mon oncle, je n’ai eu qu’à déposer la baguette près de lui, et lui implanter quelques faux souvenirs dans son esprit, la manipulation est certes complexe, pourtant elle ne m’a pas causé trop de problèmes, l’imbécillité de Morfin a fait le reste, d’après ce que j’ai appris il avait même avoué le crime en s’en vantant…



Désolé je coupe là car c'est plus simple :p ( pour moi )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Voldemort

avatar

Nombre de messages : 9
Age : 90
<b>Fiche Personnage (consultable) </b> : Ici
<font color=#FF0000><b>L\'Essentiel:&l : -[Nationalité]: Anglais
-[Age du personnage]: 48 ans
-[Année de l'élève]: Serpentard
-[Rôle, rangs et métier]: Seigneur des Ténèbres, Maître des mangemorts
-[Espèce:] Humain
-[Sang : ]:mêlé
-[Club : ]: aucun
-[Activités:]aucune
-[Relations:] : voir dans la fiche personnage ci-dessus.
-[Situation : ] : célibataire
- [Instruments:] :aucun
- [Armes et Pouvoirs:] :baguette.
- [Animal : ] Nagini, serpent
<b>Transplanage</b> :
100 / 100100 / 100

<b>Niveau de Quidditch</b> :
50 / 10050 / 100

<b>Niveau Sort Informulé</b> :
100 / 100100 / 100

<b>Statut du membre et activité </b>: : Membre simple.
Date d'inscription : 01/01/2009

Information du personnage
REDOUTABILITE : de l'adversaire REDOUTABILITE : de l'adversaire:
100/100  (100/100)
CADEAUX et BONUS REMPORTES : CADEAUX et BONUS REMPORTES ::
<b>Acces aux Lieux Bonus</b> Acces aux Lieux Bonus: aucun lieux bonus gagnés.

MessageSujet: Re: Tom Elvis Jedusor alias Lord Voldemort   Jeu 1 Jan - 1:48


01/07/1944 ( 17 ans )
J’ai eu ensuite tout le loisir d’observer la bague de mon ancêtre, c’est une grosse chevalière, de l’or je crois. Je l’ai porté un certains temps, par fierté… Après tout c’était un peu, une preuve de mon ascendance et en même temps de ce que j’étais capable d’accomplir…
Slughorn… Le directeur de Serpentard, un être avide de pouvoir, tout en se contentant de rester dans l’ombre, et qui aimait avoir des contacts pour toujours se sortir de tout… Aimait réunir son petit club, le club de Slug… J’en faisais bien entendus partit… Un homme admirable par ses relations publiques… Un peu trop manipulable cependant…
Je vais ici raconter les détails d’une soirée importante dans mon existance…
Horace Slughorn avait des cheveux épais et brillants, d’une couleur jaune paille, et une moustache d’un blond roux ; il était assis sur un confortable fauteuil, ses pieds posés sur un pouf de velours, un verre de vin à la main et l’autre tâtonnant dans une boîte d’ananas confits, pas n’importe quelle boîte… celle que je venais de lui offrir, de quoi l’acheter, même s’il était déjà sous le charme depuis bien des années…
Nous étions six garçons en cercle autour de lui, j’étais au milieu, la bague à mon doigt comme habituellement, je lui ai juste posé une question essentielle pour moi :
« Monsieur, est-il vrai que le professeur Têtenjoy prend sa retraite ? »
Commet d’habitude, Slughorn favorisait les élèves de son club, surtout ceux qu’il admirait, je crois qu’il aurait été incapable de me punir :
« Tom, Tom, même si j’étais au courant, je ne pourrais pas vous le dire » Il agitait un doigt réprobateur tout en clignant de l’œil, autant dire qu’il appréciait la question, et l’intérêt qu’on lui portait pour son poste de professeur.
« Je dois avouer que j’aimerais bien savoir d’où vous tenez vos renseignements, mon garçon. Vous êtes bien informé que la moitié des enseignants » Oui, mais je tenais mes sources secrètes… Un simple sourire s’affichait sur mon visage pour seule réponse, tandis que mes « amis » éclataient de rire.
« Avec votre étrange aptitude à connaître des choses que vous devriez ignorer et le soin que vous prenez à flatter les gens importants, au fait merci pour l’ananas, vous aviez parfaitement raison, c’est mon préféré… » Les rires redoublèrent, c’était pourtant évident que je ne me trompait jamais, j’avais un don pour toucher dans le mille… et atteindre mes buts !
« … je ne doute pas que vous deviendrez ministre de la magie dans vingt ans. Quinze si vous continuez de m’envoyez des ananas. J’ai d’excellents contacts au ministère. »
Encore une fois des rires s’élevèrent, tandis que je me contentais de sourire, je n’étais pas le plus âgé du groupe, mais le plus doué et celui qui était considéré sans aucun doute possible comme le chef. Un don inné.
« Je ne crois pas que la politique soit ma vocation. D’abord je ne pense pas être issu du milieu qui convient. » Bien entendus ce n’était pas l’avis de ceux qui connaissaient mes origines, et mon illustre ancêtre.
« Allons donc, avec des dons comme les vôtres, il est évident que vous venez d’une lignée de sorciers très honorable. Croyez-moi, vous irez loin, Tom, je ne me suis encore jamais trompé sur un de mes élèves » Aller loin ? Oui sans aucun doute possible !
Pourtant la pendule en or, posé sur le bureau du professeur, sonna onze heures du soir, et il se retourna avant de constaté déçut :
« Bonté divine, il est déjà si tard ? Il est temps que vous y alliez, les garçons, ou nous aurons tous des ennuis. Lestrange, je veux votre devoir demain, sinon je vous donne une retenue. C’est également valable pour vous, Avery. »
Tous les élèves sortirent en file indienne, sauf moi, je traînais pour pouvoir l’interroger sans témoins, ma question était assez personnelle et concernait la magie noire, très noire…
« Ouvrez l’œil, Tom. Il ne faut pas vous laissez surprendre hors de votre lit à cette heure-ci, vous êtes préfet…
-Monsieur je voulais vous demandez quelque chose.
-Demandez, mon garçon, demandez…
-J’aurais voulu savoir ce que vous pouviez me dire des… des horcruxes ? »
Ma question était risqué, mais Slughorn était dans son bon jour, et c’était peut être la seule fois ou j’en aurais la possibilité, il réfléchit avant de répondre, en caressant machinalement le pied de son verre de vin.
« Vous faites une recherche pour le cours de défense contre les forces du Mal ? » Une question piège, croyait il vraiment que j’allais tomber dans un tel panneau ? Non, il attendait plutôt une explication plausible, voulait se rassurer lui-même, ce que je me devais de faire pour obtenir une réponse.
« Pas vraiment, monsieur. Je suis tombé sur ce mot dans un texte que je lisais et je ne l’ai pas totalement compris.
-Non… bien sûr… vous auriez beaucoup de mal à trouver à Poudlard un livre qui vous donne des détails sur les Horcruxes, Tom. C’est de la magie très noire, très très noire. »
Il me fallait jouer serrer, l’hésitation, le ton dégagé, la flatterie mesurée, tout devait être parfaitement dosé. J’étais un maître en la matière d’arracher à des personnes réticentes des informations utiles et je tenais absolument à obtenir une réponse à ma question.
« Mais vous savez sûrement tout sur le sujet, monsieur ? Un sorcier tel que vous… excusez moi, peut être que vous ne pouvez rien me dire… mais pour moi, il était évident que… si quelqu’un était capable de m’en parler, ce serait forcément vous… Voilà pourquoi j’ai pensé à vous demander… »
Slughorn n’osait pas me regarder, il tripotait le ruban de la boîte d’ananas confis, alors que je le fixais impatient.
« Eh bien, j’imagine que ça ne peut pas faire de mal si vous donne une idée générale. Pour que vous compreniez simplement le sens du mot. Horcruxes est le terme qu’on utilise pour désigner un objet dans lequel une personne a dissimulé une partie de son âme.
-Je vois très bien le principe.
-Il s’agit de séparer son âme en deux, et d’en cacher une partie dans un objet, en dehors du corps. Ainsi, même si son corps est attaqué ou détruit, on ne peut pas mourir parce qu’un morceau d’âme reste attaché à la vie terrestre sans avoir subi de dommage. Mais bien sûr, l’existence sous une telle forme… »
J’arrivais à contrôler ma voix, mais on pouvait percevoir mon excitation, sa réponse allait bien plus loin que toutes mes espérances…
« … rare sont ceux qui en voudraient, Tom, très rares. La mort serait préférable » J’avais dû mal à cacher mon avidité d’en savoir plus, et me laissais peu à peu emporté par mes émotions, il me fallait des réponses.
« Comment fait-on pour séparer son âme en deux ?
-Eh bien, il faut comprendre que l’âme est censé rester entière et intacte. La diviser est une violation, quelque chose contre nature.
-Mais comment fait-on ?
Par un acte maléfique, l’acte maléfique suprême. En commettant un meurtre. Tuer déchire l’âme. Le sorcier désireux de créer un horcruxes tourne à son avantage cette destruction : il enferme la partie arrachée…
-Il l’enferme ? Mais comment…
-Il existe un sortilège, ne me le demandez pas lequel, je ne le connais pas !
Es ce que j’ai l’air de quelqu’un qui a essayé ? Est-ce que j’ai l’air d’un tueur ? »
En y repensant, j’aurais peut être dû simplement le laisser parler et non pas insister avec des questions, qui le troublèrent et le rendirent soupçonneux.
« Non, monsieur, bien sûr que non. Je suis désolé… Je n’avais pas l’intention de vous offenser… » Je m’étais empressé de la conforter, de le rassurer, de le caresser dans le sens du poil, pour qu’il reprenne son discours et ne me laisse pas sans réponses…
« Mais pas du tout, pas du tout, je ne suis pas offensé le moins du monde. Il est tout naturel d’éprouver de la curiosité pour un tel sujet… Les sorciers d’une certaine envergure ont toujours été attirés par ce genre de magie…
-Oui, monsieur. Je ne comprends pas cependant, il s’agit d’une simple curiosité de ma part, c’est… est ce qu’un seul horcruxe aurait beaucoup d’utilité ? Ne peut-on séparer son âme qu’une seule fois ? N’obtiendrait-on pas un meilleur résultat, une plus grande force, si l’on parvenait à diviser son âme en plusieurs morceaux ? Par exemple, le chiffre sept n’est il pas celui qui possède la plus grande puissance magique, est-ce que sept…
-Par la barbe de Merlin, Tom ! Sept ! N’est il pas suffisamment horrible de penser qu’on peut tuer une seule personne ? Déchirer son âme est déjà une idée épouvantable… Alors la déchirer en sept morceaux… »
J’étais allé trop loin… Et le professeur Slughorn paraissait troublé, et son regard me mettait mal à l’aise…
« Bien entendu, tout ce dont nous parlons est du domaine de la théorie, n’est ce pas ? C’est une discussion académique…
-Oui, bien sûr, monsieur.
-Mais quand même, Tom… Ne répétez pas ce que je vous ai dit… enfin, ce dont nous avons parlé. Ce serait mal vu si l’on apprenait que nous avons eu une conversation sur les horcruxes. C’est un sujet tabou, à Poudlard, vous comprenez… Dumbledore est particulièrement féroce en la matière…
-Je ne dirai pas un mot, monsieur » Promis je dans un souffle… Non pas un mot à quiconque, cela ne concernait que moi et mon destin…

Après cette fructueuse discussion, il m’a été plus facile d’en apprendre plus sur les Horcruxes et d’ainsi pouvoir mettre au point, mes deux premiers… Mon journal intime fut mon premier horcruxe… Grâce à la mort de Mimi Geignarde… Ma famille, enfin plus exactement mon père, m’a quand à lui permit de créer un horcruxe dans la bague de Serpentard. Et d’échapper un peu plus à la mort.
Depuis ce jour là, j’ai arrêté de la porter, il me fallait la cacher dans un endroit sûr, je suis donc retourné dans la maison des Gaunt pour la dissimuler. Tout en conservant le journal…

J’ai toujours été curieux, que ce soit sur l’histoire de Poudlard, ou l’histoire des fondateurs, je dévorais n’importe quel article traitant du sujet… Par exemple le choipeaux magique, qui appartenait anciennement à Godric Gryffondor avant d’être ensorcelé par ces quatre grands sorciers qui lui offrirent un cerveau et une personnalité pour répartir les élèves entre les maisons. Ou bien encore… le diadème perdu de Serdaigle… Or un jour que j’appris une chose surprenante, certains fantômes avaient connus et fréquentés les fondateurs, dont la Dame Grise, le fantôme de Serdaigle, quelqu’un de cultivée et qui aimait forcement la sagesse, je n’ai eu aucun mal à engager la conversation avec elle, j’ai voulu en savoir un peu plus, et au fil de la conversation, elle m’a laissé échappé qu’elle était la propre fille de Rowena Serdaigle, une information très intéressante… Quelques propos flatteurs, un air compréhensif et compatissant… et elle m’avouait être celle qui avait volé le diadème, je ne pouvais lui reprocher un tel acte… ayant moi-même cette tendance désavantageuse. Elle m’a raconté toute son histoire, comment elle avait volé le diadème pour devenir plus intelligente, plus importante que sa mère, puis de quelle façon elle avait fuie jusqu’en Albanie… Puis la maladie de sa mère, qui avait envoyé le Baron Sanglant la chercher pour la revoir une dernière fois, les détails de leur lutte quand elle avoua refuser de revenir, et enfin la jalousie emportant le Baron, qui l’aimait depuis de longue années malgré qu’elle ai toujours refusé ses avances, il l’avait poignardé en plein cœur… A quel point le remord de son geste avait été immédiat et comment il s’était tué avec la même arme… Voila pourquoi il portait encore les chaînes en signe de pénitence… J’avais réussis en à peine une après midi, à connaître une bonne part de la vie de la Dame Grise, et je connaissais maintenant la cachette du diadème, dans un creux d’arbre dans une forêt isolé d’Albanie…

01/07/1945 ( 18 ans )
Cette année, beaucoup de choses ont changés, sans réellement changer… J’ai été nommé Préfet-en-chef ce qui n’était pas vraiment une surprise, puisque je suis toujours resté un élève modèle. Mon surnom était maintenant une référence parmi mes « amis ».
J’ai passé mes ASPIC avec brio, obtenant dans la plupart des matières un O, et dans les autres un E. La magie noire m’était de plus en plus familière.
Je voulais, j’ai demandé au directeur Dippet, un poste d’enseignant… Dire qu’il a osé garder, Galatea Têtenjoy, alors que cela faisait plus de cinquante ans qu’elle enseignait, n’était il pas temps de se renouveler ? Sa seule excuse potable a été que j’étais trop jeune, dix-huit ans, ce n’était pas assez pour devenir enseignant au poste de professeur de Défense contre les Forces du Mal… Il m’a simplement conseillé de revenir postuler dans quelques années…
Si j’avais eu ce poste… à Poudlard, l’endroit où je me sentais le mieux, le premier et le seul lieu où je m’étais senti chez moi… Là où j’avais été le plus heureux…
Une forteresse d’ancienne magie, l’endroit idéal pour mes expériences, un lieu où j’aurais pu constituer mes fidèles, grâce à mon ascendance sur les élèves, Slughorn était un bon exemple du rôle influent qu’un professeur jouait sur ses élèves.
Je suis persuadé que le directeur a demandé conseil à son bras droit, Dumbledore comme il l’avait fait lorsque le problème nommé Hagrid s’était présenté, et bien sûr, Albus a dû lui conseiller de ne surtout pas m’engager… Il a toujours réussit à me mettre des bâtons dans les roues…

Cette année là, La Gazette du sorcier à publié pendant plusieurs semaines la grande nouvelle, Albus Dumbledore avait vaincu le mage Grindelwald… Celui-ci ne nuirait plus et cet affrontement marquait la fin de la guerre. Désormais le monde magique serait plus en paix.

Plusieurs enseignants, dont Slughorn m’ont vivement suggéré de rejoindre le ministère de la magie, de m’organiser des rendez-vous, de me fournir des contacts utiles… J’ai bien sûr refusé toutes ces offres ; moi servir le ministère ? Cette organisation mal gérée et sans réel pouvoir ? Non, ce n’était pas pour moi…
Je préfère travailler pour moi-même… Et continuer à étudier la magie noire… J’ai obtenu un poste chez Barjow et Beurk, ce qui me permettra d’entrer en contact avec des personnes et des objets dont j’aurais besoin.
Les enseignants quand à eux semblaient déçus qu’un jeune sorcier aussi brillant aille travailler dans une boutique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Voldemort

avatar

Nombre de messages : 9
Age : 90
<b>Fiche Personnage (consultable) </b> : Ici
<font color=#FF0000><b>L\'Essentiel:&l : -[Nationalité]: Anglais
-[Age du personnage]: 48 ans
-[Année de l'élève]: Serpentard
-[Rôle, rangs et métier]: Seigneur des Ténèbres, Maître des mangemorts
-[Espèce:] Humain
-[Sang : ]:mêlé
-[Club : ]: aucun
-[Activités:]aucune
-[Relations:] : voir dans la fiche personnage ci-dessus.
-[Situation : ] : célibataire
- [Instruments:] :aucun
- [Armes et Pouvoirs:] :baguette.
- [Animal : ] Nagini, serpent
<b>Transplanage</b> :
100 / 100100 / 100

<b>Niveau de Quidditch</b> :
50 / 10050 / 100

<b>Niveau Sort Informulé</b> :
100 / 100100 / 100

<b>Statut du membre et activité </b>: : Membre simple.
Date d'inscription : 01/01/2009

Information du personnage
REDOUTABILITE : de l'adversaire REDOUTABILITE : de l'adversaire:
100/100  (100/100)
CADEAUX et BONUS REMPORTES : CADEAUX et BONUS REMPORTES ::
<b>Acces aux Lieux Bonus</b> Acces aux Lieux Bonus: aucun lieux bonus gagnés.

MessageSujet: Re: Tom Elvis Jedusor alias Lord Voldemort   Jeu 1 Jan - 1:49

31/12/1945 ( 19 ans )
Pourtant je ne fut pas un simple vendeur, ils ont tout de suite remarqué que j’étais : poli, séduisant, intelligent… Et on m’envoya persuader certaines personnes de se séparer de trésors, aux pouvoirs inhabituels, et de l’avis général, j’étais exceptionnellement doué en la matière.
Certaines personnes avaient vraiment succombé… telle qu’Hebzibah Smith.
Une vieille dame, riche et un peu trop seule à son goût… jusqu'à mon arrivé, qui a causé sa perte.
Je me souviens du jour où elle a signé son arrêt de mort, par sa trop grande volonté de m’impressionner… J’étais vêtu d’un costume noir de coupe classique, je dois reconnaître que j’avais changé depuis Poudlard, mes cheveux étaient plus long et mes joues un peu plus creuses, mais je crois que ces changements plaisaient car plus que jamais les gens paraissaient séduit sans pouvoir s’en empêcher, je dégageais une sorte d’aura, de charisme irrésistible, ce qui m’arrangeais beaucoup dans mon travail…
Miss Smith, quand a elle, était coiffée d’une perruque rousse aux ondulations modelées avec soin, ses chaussons en satin, sa robe rose brillant flottait autour d’elle, comme… C’était impossible à décrire, une chose était sûre, pour moi, elle n’économisait ni en petits gâteaux, ni en maquillage, après tout elle avait l’argent pour satisfaire tout ses désirs, même s’il lui manquait de la compagnie, compagnie que j’étais tout disposé à lui accorder en échange d’objets qu’elle vendrait à Barjow et Beurk ou bien…
Sa maison montrait bien le faste de sa vie, impossible de mettre un pied devant soit lorsque l’on entrait, pourtant je me suis vite habitué à l’ambiance qui semblait tout droit sortir d’un magasin d’antiquité, croisé avec un musée ou bien une serre… La décoration était bien trop surchargée, tout comme son maquillage, des dizaines de petites boites laquées remplissaient les vitrines, ses bibliothèques débordaient de livres à la reliure frappée d’or, des globes et des sphères célestes s’alignaient sur les étagères, et des plantes luxuriantes foisonnaient dans des caches-pot de cuivre, sans compter les divers petits miroirs incrustées de pierres précieuses qu’elle conservaient pour s’admirer.
Elle possédait un Elfe de Maison nommée Hokey, qui était très vieille et assez petite, je crois que c’est l’elfe le plus minuscule que j’avais rencontré.
Je lui avais donné rendez-vous à quatre heures, et comme d’habitude, je sonnais à la minute même où ma montre m’indiquait qu’il était l’heure. Jamais en retard, mais jamais en avance. Ne pas faire attendre, mais se faire désirer.
Cette fois-ci je n’ai eu aucun mal à me déplacer parmi les tonnes d’objets, j’étais déjà venu assez souvent, et je faisais maintenant preuve d’aisance lorsqu’il fallait se glisser jusqu'à Hepzibah, pour m’incliner profondément devant elle en lui faisant un baisemain.
« Je vous ai apporté des fleurs… » Ma voix était certes basse mais assez pour me faire entendre, bien entendus cela faisait aussi partie de mes habitudes, de nos habitudes, car elle préparait toujours un vase vide pour y recevoir la gerbe de roses que je faisais apparaître de nulle part.
« Oh, jeune polisson, vous n’auriez pas dû ! » Sa voix qui montait dans les aiguë montrait au contraire qu’elle était ravie et que s’il en avait été autrement, elle aurait été bien déçue.
« Vous gâtez beaucoup trop cette vieille dame, Tom… Asseyez-vous, asseyez-vous… Où est Hokey … ? Ah… » Bien entendus je la laissais m’appeler par mon prénom, bien que détestant celui-là, les clients pensaient ainsi être plus proche de moi, ce qui n’était pas le cas… Pourtant il fallait jouer le jeu.
L’elfe arrivait déjà en courant dans la pièce, en apportant un plateau de petits gâteaux qu’elle posa à côté de sa maîtresse.
« Servez-vous, Tom. Je sais que vous adorez mes gâteaux. Alors, comment allez-vous ? Vous me paraissez un peu pâle. Vous travaillez trop dans cette boutique, je l’ai répété cent fois… »
Un discours classique comme à chaque fois que je venais, un sourire passa sur mon visage, pendant qu’elle continuait de minauder en battant des cils.
« Quel est le prétexte de votre visite, cette fois ? » A croire que j’inventais des prétextes pour venir la voir… Non, tout cela ne concernait que le travail…
« Mr Beurk voudrait vous faire une offre plus intéressante à propos de cette armure façonnée par les gobelins. Cinq cents Gallions, il pense que c’est un prix plus que raisonnable…
-Allons, allons, pas si vite ou je vais finir pas penser que vous venez me voir uniquement pour mes babioles ! » Elle affichait déjà un air boudeur, tout en protestant contre une telle idée, je devais donc doucement la convaincre…
« On m’envois ici, pour cela. Je ne suis, madame, qu’un modeste employé qui doit obéir aux instructions qu’on lui donne. Mr Beurk souhaite qu’on vous demande…
-Oh, assez de ce Beurk ! J’ai quelque chose à vous montrer que Mr Beurk n’a jamais vu ! Êtes vous capable de conserver un secret, Tom ? Me promettez vous de ne jamais révéler à Mr Beurk que je possède cet objet ? Il ne me laisserait plus jamais en repos s’il savait que je vous l’ai montré et je ne le vendrai pas, ni à Beurk, ni à personne d’autre ! Mais vous, Tom, vous l’apprécierez pour sa valeur historique et non pas pour le nombre de Gallions que vous pourriez en tirer… » Nul besoin de promettre, elle avait déjà son idée en tête, et sa volonté de m’impressionner tout en changeant de discussion était trop forte. Il ne me restait plus qu’à approuver.
« Je serai toujours heureux de vois tout ce que Miss Hepzibah voudra bien me montrer » Je rendais ma voix douce pour la rassurer, et elle ne pouvait s’empêcher de glousser comme un collégienne.
« J’ai dit à Hokey d’aller me le chercher... Hokey, où es-tu ? Je veux montrer à Mr Jedusor notre plus magnifique trésor… D’ailleurs, apporte-les donc tout les deux pendant que tu y es…
-Voilà, madame » L’elfe de Maison traversait à présent la pièce, tenant au dessus de sa tête les deux coffrets de cuir posé l’un sur l’autre, en se faufilant entre les tables, les poufs et les repose-pieds. Miss Smith semblait emballée pas son idée et continua d’un ton joyeux.
« Voyons cela… Je pense que vous allez beaucoup aimer, Tom… Oh, si ma famille savait que je vous les ai montrés… Ils ont si hâte de s’en emparer ! » Elle avait placé les deux coffrets sur ses genoux, et ouvrit le premier, il contenait une petite coupe en or avec des poignées finement ciselés.
« Je me demande si vous savez ce que c’est, Tom ? Prenez la, regardez-la bien ! » Elle murmurait, je pris donc la coupe par l’une de ses poignées en la soulevant de son écrin de soie douillet, je n’ai certainement pas pu cacher totalement l’avidité qui se souleva en moi…
« Un blaireau. Alors, ceci appartenait…
- A Helga Poufsouffle, comme vous le saviez parfaitement, mon garçon, car vous êtes très intelligent ! » J’étais comme pétrifié sur place, quelle ironie n’est ce pas ? J’avais l’impression d’avoir croisé le regard du Basilic, alors que je tenais simplement la coupe de Poufsouffle dans mes mains… Il me fallait cet objet ! Aucun doute là-dessus. Toujours est il que je n’ai pas réagit lorsqu’elle s’est penchée en avant faisant grincer son corset, pour pincer ma joue.
« Ne vous ai-je pas dit que j’étais une de ses lointaines descendantes ? Cette coupe est passée dans la famille depuis bien des années. Magnifique, n’est ce pas ? Et il paraît qu’elle possède toutes sortes de pouvoirs mais je ne les ai jamais tous expérimentés, je me contente de la conserver ici, en sécurité… » En sécurité dans cette maison ? Etait elle folle ? Non, juste inconsciente… Lorsqu’elle me la prit des mains, l’arrachant de mes longs doigts, pour la remettre en place avec le plus grand soin, je doute qu’elle ait vu l’ombre qui était passé sur mon visage, je fis donc mon possible pour reprendre contenance.
« Où est Hokey ? Ah, tu es là. Tiens, débarrasse-moi de ça…
Je crois que ceci vous plaira encore davantage, Tom. Penchez vous un peu, mon cher, vous verrez mieux… Bien sûr, Beurk sait qu’il est en ma possession, puisque je le lui ai acheté, et je crois qu’il serait ravi de le récupérer lorsque je ne serai plus là… » Elle avait à présent reporté son attention sur l’autre coffret, qui était beaucoup plus plat, elle fit glisser le fermoir en filigrane, et ouvrit le couvercle, découvrant un lourd médaillon d’or dans un écrin de velours cramoisi.
Mon cœur s’est arrêté quelques secondes, je crois, puis sans y avoir été invité, j’ai tendu la main pour l’examiner à la lumière, je tremblais un peu…
« La marque de Serpentard.
-Exactement ! Il m’a coûté les yeux de la tête mais je ne pouvais pas laisser passer un trésor pareil, il me le fallait dans ma collection. Il paraît que Beurk l’a acheté à une femme en haillons qui semblait l’avoir volé sans aucune idée de sa valeur… » Je fixais toujours le médaillon marqué d’un S ouvragé en pierres précieuses en forme de serpent ; j’ai tellement serré fort la chaîne que mes jointures ont blanchis. Cette femme qu’ils prenaient tous pour une idiote, c’était ma mère… C’était de ma mère dont elle parlait de manière si moqueuse, elle ne s’imaginait pas, qu’elle avait en fait dépouillé l’une des descendantes du grand Salazar Serpentard de l’un de ses biens de famille, toutefois la vengeance était proche pour les Gaunt…
« Je suppose que Beurk l’a payé une misère mais enfin, le voilà… Très beau, n’est ce pas ? Celui-là aussi, on lui attribue toute sorte de pouvoirs mais là encore, je me contente de le garder bien à l’abri… » Evidement qu’il lui avait payé une misère… Beurk était toujours comme cela en affaire… Pourquoi n’avait elle donc pas utilisé ses pouvoirs de sorcières ? A cause de cet homme dont elle était tombé amoureuse ? C’était pourtant si invraisemblable… Elle avait voulu vendre son dernier bien pour survivre, mais on ne lui en avait donné que des misères… Jamais, lui ne commettrait une erreur pareille, tomber amoureux, voilà bien la pire folie sur Terre.
Elle tendit le bras pour récupérer son bien, le temps que j’avais pu conserver mon héritage en main me semblait bien trop court et un instant j’ai pensé à ne pas le lui rendre, puis j’ai serré les dents, et je ai laissé glisser d’entre mes doigts ma propriété légitime, lui laissant reprendre le médaillon et le remettre dans l’écrin rouge sang.
« Et voilà, mon cher Tom. J’espère que ça vous a plu ! » Je ne répondis pas. La rage m’empêchait encore de dire le moindre mot.
« Vous ne vous sentez pas bien, mon cher ? » Son sourire niais était enfin partit de son visage, il me fallait rester rassurant et reprendre le contrôle de moi-même. Rester de glace, penser à autre chose.
« Si, si… Je me sens parfaitement bien » Ma voix était à peine plus élevée qu’un murmure, je venais enfin de trouver deux nouveaux objets pour « ma collection » et une nouvelle victime…
« Il m’a semblé… Mais j’imagine que c’est la lumière qui m’a joué un tour.
Tiens Hokey, emporte-les et range-les bien… avec les enchantements habituels… »
Elle semblait troublée, et je n’étais pas non plus au meilleur de ma forme, ni de mon self-contrôle.
« Je…Je crois que je vais y aller…Je ne vous ai que trop dérangé, j’abuse de votre temps… Je vous remercie, Miss Hepzibah pour ce que vous m’avez montré, c’est un grand honneur d’avoir votre confiance. » J’avais réussit à lui décrocher un nouveau sourire, peut être un peu moins chaleureux qu’à mon arrivée certes, mais tellement de choses c’était passées entre temps…
Je l’ai empoisonnée, elle est morte deux jours plus tard, les enchantements de protections étaient une simple broutille pour moi, j’ai pu récupérer les effets personnels des deux fondateurs sans aucun problème, il m’a ensuite suffit d’implanter un faux souvenir dans la mémoire de Hokey, elle a simplement cru avoir placé quelque chose, quelque chose qui n’était pas du sucre, cette fois-ci, dans la tasse de chocolat que prenait habituellement sa maîtresse avant de se coucher…
Un poison mortel et peu connu… Voilà ce qui l’a tué. Et ce qui m’a permis de créer un nouvel Horcruxe, le troisième, celui se référent à Helga Poufsouffle
Après ces révélations je ne pouvais pas, je ne voulais pas continuer de travailler chez Barjow et Beurk. J’ai donné ma démission et je suis parti sans donner d’adresse où me contacter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lord Voldemort

avatar

Nombre de messages : 9
Age : 90
<b>Fiche Personnage (consultable) </b> : Ici
<font color=#FF0000><b>L\'Essentiel:&l : -[Nationalité]: Anglais
-[Age du personnage]: 48 ans
-[Année de l'élève]: Serpentard
-[Rôle, rangs et métier]: Seigneur des Ténèbres, Maître des mangemorts
-[Espèce:] Humain
-[Sang : ]:mêlé
-[Club : ]: aucun
-[Activités:]aucune
-[Relations:] : voir dans la fiche personnage ci-dessus.
-[Situation : ] : célibataire
- [Instruments:] :aucun
- [Armes et Pouvoirs:] :baguette.
- [Animal : ] Nagini, serpent
<b>Transplanage</b> :
100 / 100100 / 100

<b>Niveau de Quidditch</b> :
50 / 10050 / 100

<b>Niveau Sort Informulé</b> :
100 / 100100 / 100

<b>Statut du membre et activité </b>: : Membre simple.
Date d'inscription : 01/01/2009

Information du personnage
REDOUTABILITE : de l'adversaire REDOUTABILITE : de l'adversaire:
100/100  (100/100)
CADEAUX et BONUS REMPORTES : CADEAUX et BONUS REMPORTES ::
<b>Acces aux Lieux Bonus</b> Acces aux Lieux Bonus: aucun lieux bonus gagnés.

MessageSujet: Re: Tom Elvis Jedusor alias Lord Voldemort   Jeu 1 Jan - 1:51

31/12/1955
Tant d’années ont passé pendant lesquelles je n’ai pas écris une seule ligne dans ce journal, dix ans en vérité…
Pendant ces dix années, j’ai voyagé dans divers pays, j’ai continué ma tâche, en m’enfonçant plus profondément dans les forces du mal et dans ma quête d’immortalité. J’avais transformé le médaillon de Serpentard en horcruxe en tuant un clochard moldu, puis j’avais été le cacher, là où un fort souvenir d’enfance m’attachait, dans cette caverne où j’avais terroriser deux de mes camarades.
J’ai transformé le diadème de Rowena Serdaigle en horcruxe, par le meurtre d’un paysan Albanais.
Mais ce soir est un jour particulier, et malgré ma colère, je me devais de le noter, car j’avais encore fais un pas en avant.
Je n’étais pas venu seul pour une fois, j’étais accompagné de plusieurs mangemorts, et j’allais demander un poste de professeur à Poudlard, un poste à Dumbledore…
La veille du nouvel an, un jour terriblement froid, il neigeait dehors recouvrant Poudlard d’un manteau blanc, cachant le château sous la couleur de la pureté… Les flocons s’accumulaient sur les rebords des fenêtres, je frappais à la porte de manière confiante, j’avais déjà fait ce que je voulais : cacher le diadème de Serdaigle dans la salle sur demande, quelle que soit la réponse que me donnerait Dumbledore, une partie de mon âme serait désormais toujours à Poudlard.
Il semblait m’attendre calmement, lorsque j’ouvris la porte après qu’il m’ait proposé d’entrer, je portais une longue cape noire qui luisait de la neige qui reposait sur mes épaules.
Cette visite était prévue, et il ne manifesta aucun signe de surprise, vis-à-vis de mon apparence bien que celle-ci ait nettement changé depuis notre dernière rencontre.
« Bonsoir, Tom, assieds-toi donc.
-Merci. J’ai entendus dire que vu étiez devenu directeur. Un choix judicieux. » Ma voix était froide comme le temps en dehors de ses murs, mais ma confiance en cet ennemis de longue date était toujours au même stade.
« Je suis content que tu l’approuves. Puis-je t’offrir quelque chose à boire ? » Toujours ce sourire hypocrite aux lèvres… Dumbledore n’avait pas tellement changé.
« Avec grand plaisir. Je viens de loin. » Il s’était levé pour s’approcher d’une armoire, qui était remplie de bouteilles, ils nous versa deux coupes de vin avant de m’en tendre une.
« Alors, Tom… Que me vaut le plaisir de ta visite ? » Je pris une gorgée de vin avant de lui répondre et qu’il ne me coupe…
« On ne m’appelle plus Tom. Désormais on me connaît sous le nom de…
-Je sais sous quel nom on te connaît. Mais à mes yeux, je le crains, tu resteras toujours Tom Jedusor. C’est l’une de ces habitudes agaçantes des anciens professeurs, ils n’oublient jamais tout à fait les années de jeunesse de leurs élèves. » Extérieurement je restais impassible, mais intérieurement je bouillais de rage, il était évident que Dumbledore ne voulait pas me laisser dominer l’entretient et qu’il voulait au contraire mener la discussion. Il leva son verre comme pour porter un toast.
« Je suis surpris que vous soyez resté si longtemps ici. Je me suis souvent demandé pourquoi un sorcier tel que vous n’avait jamais eu envie de quitter l’école.
-Pour un sorcier tel que moi, rien ne saurait être plus important que de transmettre d’anciens savoirs et d’aider de jeunes esprits à s’affirmer. Si je me souviens bien, tu as toi-même ressenti à une certaines époque une attirance pour l’enseignement.
-Je la ressens encore. Je me demande simplement pourquoi vous, à qui le ministère demande si souvent conseil et à qui par deux fois, je crois, on a proposé le poste de ministre…
-Trois fois au dernier comptage. Mais je n’ai jamais été séduit par une carrière ministérielle. Encore une chose que nous avons en commun, je crois. » Que pouvais je répondre à cela ? J’inclinais la tête en signe d’acquiescement, c’était vrai devenir ministre ne serait pas assez intéressant pour moi, je bus une autre gorgée, pour me désaltérer et me préparer à répondre une nouvelle fois. Le silence se prolongea un instant, il attendait que je parle et j’avais la désagréable impression d’être redevenu un simple élève que l’on a convoqué pour qu’il s’explique sur ses agissements.
« Me voici à nouveau, à une date plus tardive peut-être que ne l’avait prévu le professeur Dippet… mais je suis quand même revenu solliciter une fois encore ce que, d’après lui, j’étais trop jeune pour obtenir au moment où je l’avais souhaité. Je voudrais vous demander la permission de retourner dans ce château afin d’y enseigner. Vous devez savoir, je pense, que j’ai vu et fait beaucoup de choses depuis que j’ai quitté cet endroit. Je pourrais transmettre à vos élèves des connaissances qu’aucun autre sorcier ne serait en mesure de leur apporter. » Dumbledore est quelqu’un de très intelligent à ne surtout pas sous estimer, il m’observait au dessus de son verre avant de répondre à voix basse.
« Je sais sans aucun doute que tu as vu et fait beaucoup de choses depuis que tu nous as quittés. Les rumeurs de tes exploits sont parvenues jusqu’à ton ancienne école, Tom. Je serais navré si je devais croire ne serait-ce que la moitié d’entre elles.
-La grandeur inspire l’envie, l’envie engendre le dépit, le dépit répand le mensonge. Vous devez savoir cela, Dumbledore.
-Tu appelles grandeur ce que tu as fait, n’est ce pas ?
-Certainement. J’ai entrepris diverses expériences, j’ai repoussé les limites de la magie plus loin peut-être que personne avant moi…
-D’une certaine magie. Une certaines magie… Des autres formes de magie, tu restes… pardonne-moi… tristement ignorant. »
Ce fut la première fois de cet entretient où je souris, mais d’un sourire crispé, une expression malveillante est certainement apparut sur mon visage, encore une fois Albus remettait ça sur le tapis, je le détestais à cet instant même et cet accès de rage devait être visible, et certainement effrayant, n’importe qui d’autre que Dumbledore se serait réellement sentit menacé.
« La vieille discussion. Mais rien de ce que j’ai vu dans le monde n’est jamais venu étayer votre affirmation selon laquelle l’amour est plus puissant que ma forme de magie, Dumbledore.
-Tu n’es peut-être pas allé voir dans les bons endroits.
-Dans ce cas, quel meilleur endroit que Poudlard pour commencer mes nouvelles recherches ? Me laisserez-vous revenir ? Permettrez-vous que je partage mon savoir avec vos élèves ? Je me mets, moi et mes talents, à votre entière disposition. Je suis à vos ordres. »
Il était amusant de constater que malgré le ton de notre conversation, je continuais de l’appeler par son nom de famille, et le vouvoyer alors qu’il me tutoyait en utilisant mon prénom. Je ravalais mon honneur, pour lui laisser une chance de m’accepter… De se sauver lui-même. Pourtant il haussa les sourcils.
« Et que vont devenir ceux qui sont sous tes ordres ? Que va-t-il arriver à ceux qui se font appeler, si l’on en croit la rumeur, les Mangemorts ? » J’ai été surpris qu’il en sache autant sur moi, sur eux, je dois l’avouer, avait il fait des recherches s’était il renseigné ? Peut être, cela ne pouvait que m’énerver un peu plus, un frémissement parcourut mon visage avant que je réponde.
« Mes amis, sauront très bien se passer de moi, j’en suis sûr.
-Je suis content d’entendre que tu les considères comme des amis. J’avais l’impression qu’ils appartenaient davantage à la catégorie des serviteurs.
-Vous vous êtes trompé.
-Donc, si j’allais à La Tête de Sanglier ce soir, je n’y trouverais pas certains d’entre eux, Nott, Rosier, Mulciber, Dolohov, réunis là en attendant ton retour ? Des amis bien dévoués, en tout cas, pour t’accompagner si loin un soir de neige, dans le seul but de te souhaiter bonne chance tandis que tu essayes de décrocher un poste de professeur. » Mes mains se crispèrent un instant sur le verre, mon regard devenant plus dur et sombre, comment pouvait il voir et savoir autant de choses ? Heureusement je sus rester calme.
« Comme toujours, vous êtes omniscient, Dumbledore
-Oh, non, simplement ami avec les barmen du coin. Maintenant, Tom… » Il posa son verre vide et se redressa sur son fauteuil, joignant les bouts de ses doigts comme il le faisait souvent pour réfléchir.
« …parlons franchement. Pourquoi es-tu venu ce soir, entouré de tes acolytes, pour demander un poste dont nous savons pertinemment tous les deux que tu ne veux pas ? » Je me figeais instantanément dans une surprise glacée.
« Un poste dont je ne veux pas ? Au contraire, Dumbledore, je souhaite ardemment l’obtenir.
-Oh, tu veux revenir à Poudlard, ça oui, mais tu n’as pas plus envie d’enseigner aujourd’hui que lorsque tu avais dix-huit ans. Que cherches tu, Tom ? Pourquoi ne pas formuler ta requête clairement pour une fois ? » J’émis un ricanement avant de répliquer cynique.
« Vous ne voulez pas me donner un travail…
-Bien sûr que je ne le veux pas, et tu le savais depuis le début. Pourtant, tu es venu jusqu’ici faire cette demande, tu avais donc un but. » Je me levais d’un bond, les traits durcis par la fureur, il se moquait de moi, la seule chose qu’il voulait, c’était me faire craquer et me faire avouer mes intentions, cependant il ignorait qu’il était déjà trop tard…
« C’est votre dernier mot ?
-En effet.
-Alors, nous n’avons plus rien à nous dire.
-Non, rien. » Dumbledore se leva à son tour, on pouvait contempler la tristesse sur son visage.
« Le temps n’est plus où je pouvais t’effrayer en mettant le feu à une armoire et t’obliger à réparer tes méfaits. Mais j’aimerais bien pouvoir recommencer… j’aimerais bien… » Ces souvenirs, comment osait il ? Ma main avait esquissé un mouvement vers ma poche où était rangée ma baguette, un simple réflexe, une habitude prise… Mais je m’étais contrôlé, j’avais d’autres choses à faire… j’avais déjà tourné les talons et fermé la porte derrière moi.
Me refuser ce poste fut encore une de ses erreurs… j’ai maudit ce poste, depuis ce jour, aucun professeur de DFCM n’a pu enseigner plus d’un an de suite.

31/01/1969
Il va être enfin temps que je revienne dans le pays qui m’a vu naître… Pour enfin débarrasser le monde magique de tous ceux qui n’en sont pas digne. Mon pouvoir à encore grandit, j’ai approfondit mes recherches lors de nombreux voyages, mes connaissances en magie noires sont incalculable… Le ministère de la magie était désorganisé sans véritable pouvoir de contrôle. Il était temps que le monde entre dans ses futures Années de Terreurs…

31/01/1974
Lorsque l’on ouvre le journal voilà ce qu’on peut y lire :
« Les mangemorts ont encore frappés… », « Le ministère toujours incapable d’assurer la sécurité de ses concitoyens », « Qui sont les suspects de la brigade de police ? », « Mais que font les aurors ? », « Quels moyens sont mis en œuvre pour vous protéger… ».
Depuis ma visite à Dumbledore les choses avaient beaucoup changés, je n’avais certes pas pu obtenir ce poste que je convoitais tant, je m’en étais accommodé, si je ne pouvais recruter à Poudlard, je recruterais dans l’ombre de l’Angleterre, partout ou il faudrait j’ai été là dans l’ombre pour détourner les faibles d’esprits et rallier les sang purs qui me soutenaient dans mon idéologie.
J’ai formé les mangemorts, de fidèles serviteurs, un échange simple, je leur apporte le pouvoir, la possibilité d’éliminer les moldus et les Sang-de-Bourbe ainsi que ma protection et ils me servent sans broncher obéissant au moindre de mes ordres… Honnête, n’est ce pas ?
Nous avons des codes, des signes distinctifs, nous travaillons dans l’ombre mais c’est tout le monde magique qui est touché !
Ma stratégie ? La terreur, c’est bien simple, personne ne peut et ne doit avoir confiance en quiconque, c’est pourquoi chaque mangemort porte un masque, ainsi ils ne se connaissent pas, bien que certains étant entrés ensemble savent qu’ils sont respectivement mangemorts. Un masque, un costume noir, voila ce qui fait régner la terreur dans toutes les villes d’Angleterre et la peur de voir apparaître au dessus de sa maison… la marque des ténèbres.
La seule façon de reconnaître un mangemort lorsqu’on en croise un, c’est de voir s’il porte à l’avant bras gauche une marche, ma marque ! La marque des ténèbres que je lui ai apposé lorsqu’il a promit de me servir jusqu'à sa mort… Car il n’y aura aucun retour en arrière, on ne quitte pas les mangemorts ou alors c’est mort. Je ne tolère pas les traîtres.
Cette marque représente un crâne de mort entouré d’un Serpent, elle me permet de les appeler ou qu’ils me préviennent dès qu’ils ont fini une mission, communiquer, sans laisser de trace, instantanément… Pour lutter contre notre plus grand ennemi, excepté Dumbledore, le ministère de la magie.
Bartemius Croupton, directeur du Département des Lois Magiques a prit des initiatives importante, permettre à ses aurors d’utiliser les sortilèges impardonnable, je ne l’aurais pas cru possible, ainsi donc ils « s’abaissent à notre niveau » ? Mais la partie n’en sera que plus drôle… Cependant il ignore que même son service est infiltré…
Il est vrai que nous usons et abusons des doloris sur nos chères victimes avant de leur faire trépasser d’un avada kedavra, mais le sortilège le plus utile s’avère tout de même impérium… manipuler des esprits, personne n’est à l’abris de se faire ensorceler. C’est pourquoi, plus aucun sorcier n’est fiable dans toute l’Angleterre, il y a des mangemorts partout dans toutes les villes, les classes sociales, dans chaque coin de rue vous pouvez en croiser un… et mourir.
Nous signons toutes nos actions de la marque des ténèbres, qui trône au dessus des cadavres, de quoi affoler la population entière, la peur de retrouver au dessus de chez soit la terrible marque et sa famille entièrement décimée, qu’est ce qui peut être pire ?
Etre forcé de tuer toute sa famille… en subissant l’imperium ? Oh, non… ça c’est plutôt drôle ! Etre cerné par des détraqueurs qui aspirent votre âme… Etre attaqué par une horde d’inférius… Tout cela peut vous arriver… à n’importe quel moment, vous n’êtes jamais en sécurité ! Nulle part…
J’ai pu utiliser à mon profit la mésentente entre les géants et le Monde Magique, personne ne leur a jamais laissé une chance avant moi, et ils étaient ravis de ma proposition, tout comme je suis satisfait de notre engagement, ils seront de précieux alliés… Tout comme les détraqueurs, ces créatures ne sont pas faites pour faire le mal, elles sont là pour propager le malheur, la désolation, pour se nourrir de l’âme des gens… Alors que le ministère les enferme avec des criminels en les brimant, je leur offre de quoi se régaler et étaler leur potentiel…
Nous tuons, nous saccageons, nous créons des inférius, nous manipulons des sorciers, nous imposons la terreur… Et malheur à tous ceux qui se dresserons sur notre chemin, car ils mourrons. Chacun un par un, nous tuerons les moldus et les sang-de-bourbe qui osent souiller le sang des sorciers….

Echec et Mat Albus, tu viens de perdre la partie et c’est moi qui ai gagné…

En ce moment je vis dans un vieux manoir, j’ai tué les anciens propriétaires, c’est devenu le QG des mangemorts, j’y vis seul, avec ma fidèle Nagini, mon serpent…
Mais cette année promet d’être riche en évènements… Et mes nouvelles recrues sont très prometteuses, de sang pur, serpentards, jeunes, combatifs et manipulable à souhait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prof Galabrian Lugubris
Professeur
Professeur
avatar

Nombre de messages : 5009
Age : 31
<b>Fiche Personnage (consultable) </b> : >>ICI<<
<font color=#FF0000><b>L\'Essentiel:&l : -[Nationalité]:Transylvain.
-[Age du personnage]:188, mais la 30ène d'apparence.
-[Ancienne maison]:viens d'une autre école.
-[Rôle, rangs et métier]:professeur de DFCM appliqué, Maitre d'armes.
-[Espèce:] humain-maudits immortel en age.
-[Sang : ]:Pur de noble famille.
-[Club : ]: Chef club de duel.
-[Activités:]un peu tout.
-[Relations:] :(voir ma fiche personnage.)
-[Situation : ] : veuf en rrrecherche d'amourrrr
- [Instruments:] :Orgue, un peu de violoncelle.
- [Armes et Pouvoirs:] :armes blanche et a feu, baguette.
- [Animal : ]aucun à Poudlard.
<b>Transplanage</b> :
100 / 100100 / 100

<b>Niveau de Quidditch</b> :
60 / 10060 / 100

<b>Niveau Sort Informulé</b> :
100 / 100100 / 100

<b>Statut du membre et activité </b>: : ADMINISTRATEUR PRINCIPAL
actifs, mais laissez moi le temps de répondre !

Date d'inscription : 15/01/2007

Information du personnage
REDOUTABILITE : de l'adversaire REDOUTABILITE : de l'adversaire:
400/400  (400/400)
CADEAUX et BONUS REMPORTES : CADEAUX et BONUS REMPORTES :: Droits aux armes blanches.
<b>Acces aux Lieux Bonus</b> Acces aux Lieux Bonus: Accées Partout !

MessageSujet: Re: Tom Elvis Jedusor alias Lord Voldemort   Jeu 1 Jan - 20:49

Bienvenue ^^

Félicitation pour cette fiche personnage originale, bien écrite qui m'a bien plus et qui en dit lonnnnnnnng sur le seigneur des ténèbres dont nous avons bien besoin ^^

je laisse cependant la place et le soin à la plus grande fan Bellatrix continuer les étapes , moi je n'ai rien à redire.

Vivement qu'on commence le jeu !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bellatrix Black

avatar

Nombre de messages : 3428
<b>Fiche Personnage (consultable) </b> : Ici
<font color=#FF0000><b>L\'Essentiel:&l : -[Nationalité]:Anglaise
-[Age du personnage]:16 ans
-[Année de l'élève]:6°année
-[Rôle, rangs et métier]:Préfète
-[Espèce:] Humaine
-[Sang : ]:Pur
-[Club : ]: de Slug/ de duel/ de bavboule
-[Activités:]aucune
-[Relations:] : Ici
-[Situation : ] : Célibataire
- [Instruments:] : Aucun
- [Armes et Pouvoirs:] : Baguette/magie noire/couteau.
- [Animal : ] Aucun à Poudlard.
<b>Transplanage</b> :
60 / 10060 / 100

<b>Niveau de Quidditch</b> :
40 / 10040 / 100

<b>Niveau Sort Informulé</b> :
96 / 10096 / 100

<b>Statut du membre et activité </b>: : Admin ^^
Date d'inscription : 10/01/2007

Information du personnage
REDOUTABILITE : de l'adversaire REDOUTABILITE : de l'adversaire:
350/400  (350/400)
CADEAUX et BONUS REMPORTES : CADEAUX et BONUS REMPORTES :: Droit à la magie noire.
<b>Acces aux Lieux Bonus</b> Acces aux Lieux Bonus: Accées Partout !

MessageSujet: Re: Tom Elvis Jedusor alias Lord Voldemort   Jeu 1 Jan - 22:05

Maître....

* sort sa baguette *

Attention il est à moi!

Ben moi j'ai rien à dire...

On va bien s'amuser? Maintenant qu'on a enfin le Seigneur des Ténèbres sur le forum!

_________________



• Camps : Mangemort
• Amour : Rodan O'Raghallaigh
• Pouvoir: usage du couteau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tom Elvis Jedusor alias Lord Voldemort   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tom Elvis Jedusor alias Lord Voldemort
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lord Voldemort [Une vraie présentation en cours]
» Lord Voldemort
» Lord Voldemort Jr
» Initiation à la Cause (Lord Voldemort et quiconque il amène)
» Lord Voldemort [Achevé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les maraudeurs à Poudlard :: [3 ème étape] : PRESENTATIONS VALIDEES (c'est ici qu'on souhaite la bienvenue)-
Sauter vers: